PSB

Origine du carnaval !!

L’origine du carnaval

 

Le mot carnaval vient de l’italien <<carnavale>>

 

 

C’est une période de réjouissances et de divertissements. Le carnaval consiste en une représentation parodique des pratiques sociales politiques et religieuse. L’Origine du carnaval remonte à la nuit des temps.

 

Déjà dans l’antiquité les anciens célébraient des fêtes ressemblant au carnaval, juste avant la période du carême qui était pour certains, une période d’abstinence et d’austérité.

Lire la suite...  

Le carnaval tel que nous le connaissons aujourd’hui dérive du carnaval européen avec la mode des masques, des chars, des défilés et des danses, tant pour les nantis que pour les gens du peuple.

 

Le carnaval va évoluer au fil des années suivant la situation politique locale et grâce au syncrétisme des esclaves qui intègrent peu à peu les danses des maîtres à leurs propres rythmes.

 

A partir de l’abolition de l’esclavage en 1848, jusqu’en 1902 une impulsion nouvelle va être donné au carnaval qui va être donné au carnaval qui va se développer et atteindre des sommets de couleurs, d’imagination et de volupté.

 

Ce sera d’abord le carnaval de Saint-Pierre, << la perle des Antilles >>, connu dans le monde entier pour ses défilés de femmes vêtus de riches étoffes, et parées de merveilleux bijoux.

 

N e pouvant s’offrir ces costumes coûteux, les gens du peuple s’en mêle, et se fabriquent de vieilles guenilles avec des objets de récupération.

Le 8 mai 902, une terrible éruption volcanique enterre Saint Pierre et son carnaval.

 

En 1906, Fort de France devenue capitale de la Martinique, fait renaître notre carnaval de ces cendres.

Aussi sensible qu’il puisse être à ses particularités ethniques et à son identité culturelle, la Martinique et les Martiniquais d’aujourd’hui ne doivent pas ignorer dans quelles conditions notre carnaval s’est progressivement assigné à résidence avec toutes les particularités qui font son charme et son originalité.

 

Ce qui caractérise d’abord le carnaval de la Martinique c’est cet extraordinaire farandoles multicolore : des vidés et cortèges, des marées humaines représentant à la seule invitation de la fantaisie du rythme, de la musique, du rire et de la fête.

 

Dans ce déferlement extraordinaire et populaire, aucun passant ni touriste ne peut résister longtemps, tout à la fois à l’appel de ses sens, et à l’ambiance, oubliant pour un cout moment les soucis du quotidien ou la facticité du rang social.

Le carnaval de la Martinique comme celui de la Guadeloupe, de la Dominique, de Sainte Lucie, de la Guyane est un carnaval populaire gratuit et sa seules existence d’organisation est la fête.

 

On y rencontre des enduits de mêlasse, des haillons, des vieux sacs, des diables à cornes, des diablesses, des masques, des travestis, bref tout ce que le burlesque, le ridicule, le drôle, l’humoristique peut trouver d’original et, ceci, en parfaite conformité avec une tradition qui s’est organisé en expression artistique.

Mais le carnaval ne saurait rester de manière uniforme un moment éphémère de fête. Cristallisant toutes les énergies culturelles artistiques, il doit pouvoir s’organiser en une formidable opportunité touristique et économique et ceci tout en sauvegardant son caractère spontané.

Depuis il s’est développé en fonction des évolutions de la société Martiniquaise, pour prendre le visage que nous lui connaissons aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *